Accueil/ Appareils/
Appareils et mécanique orthodontique

Appareils et mécanique orthodontique

Merci de voter pour cet article
1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (9 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Loading...

Le plan articulé (« Bite plane »)

Plan articulé ou bite plane pour dégager les dents en orthodontie

La dimension verticale (overbite) et le recul des incisive supérieures

 

Plan articulé utilisé en orthodontie pour ouvrir l'occlusion

SÉRIE 1 – (A) Le plan articulé est un appareil amovible utilisé lorsqu’il y a un surplomb vertical excessif entre les dents antérieures (cercle bleu). (B) L’ajout d’un plan articulé (rose) permet aux incisives inférieures de mordre sur le plan (*) plutôt que près du palais ou dans la muqueuse du palais. Ceci déplace légèrement la mandibule vers le bas (flèches bleues) et l’arrière (flèche rouge – rotation) en ouvrant la bouche. (C) Si l’appareil est porté continuellement, après plusieurs mois, les dents postérieures commenceront à migrer vers le haut (éruption) afin de tenter de rétablir un contact avec les dents opposées (flèches). Ce mouvement est aidé par le port d’élastiques. (D) Après un certain temps, les dents postérieurs se toucheront et, si l’appareil est alors enlevé, on remarquera que les incisives inférieures sont maintenant dégagées de celles du haut mais peuvent être plus reculées à cause du mouvement de recul naturel de la mandibule lorsqu’elle ouvre (comparez la ligne verte entre les incisives).

 

plan articulé ou bite plane utilisé en orthodontie pour ouvrir l'occlusion

SÉRIE 2 – (A) Le plan articulé est un appareil amovible utilisé lorsqu’il y a un surplomb vertical excessif entre les dents antérieures (cercle bleu). Ceci est typique des malocclusions classe 2 division 2. (B) L’ajout d’un plan articulé (rose) permet aux incisives inférieures de mordre sur le plan (*) plutôt que près du palais ou dans la muqueuse du palais. Ceci abaisse la mandibule (flèches bleues) et la fait basculer vers l’arrière (flèche rouge – rotation) en ouvrant la bouche. (C) Si l’appareil est porté continuellement, après plusieurs mois, les dents postérieures commencent à migrer vers le haut (éruption) afin de tenter de rétablir un contact avec les dents opposées (flèches). Ce mouvement est aidé par le port d’élastiques. (D) Après un certain temps, les dents postérieurs se touchent et, si l’appareil est alors enlevé, on remarquera que les incisives inférieures sont maintenant dégagées de celles du haut mais sont aussi plus reculées à cause du mouvement de rotation naturel de la mandibule lorsqu’elle ouvre (comparez la ligne verte entre les incisives).

➡ Pour en savoir plus sur la relation entre la dimension verticale et le surplomb horizontal pour le déplacement des dents antérieures.

 

Utilisatino d'un bite plane ou plan articulé pour corriger une malocclusion dentaire.

(A) Condition initiale; Classe 2 division 2 « typique » avec surplomb vertical excessif (overjet). Les incisives supérieures recouvrent complètement celles du bas (flèches). (B) Plan articulé en bouche; les flèches indiquent la direction de traction des élastiques verticaux. Le cercle indique la rampe de plastique sur laquelle mordent les incisives inférieures. (C) Après 5 mois, les dents postérieures se touchent, les incisives sont dégagées. Le but de l’appareil amovible étant atteint, il peut être retiré.

Utilisation d'un plan articulé (bite plane) orthodontique pour ouvrir l'occlusion et diminuer le surplomb vertical.

Utilisation d’un « bite plane » ou plan articulé pour ouvrir l’occlusion antérieure en début de traitement. (A) Malocclusion de type classe 2 div. 2 avec recouvrement complet des incisives inférieures. Les incisives du haut mordent au niveau du pointillé bleu. (B) Lors de la pose des broches, le plan articulé est utilisé dès le départ avec des élastiques qui agiront dans la direction de la flèche. (C) Vue en plongée; on remarque que l’écart entre les dents antérieures et augmenté car l’appareil déplace la mandibule vers le bas et l’arrière. (D) Après seulement 10 semaines, l’occlusion est assez ouverte (voir la différence au niveau du pointillé bleu) et l’appareil peut être enlevé.

 

Utilisation d'un plan articulé (bite plane) chez une adulte de 48 ans.

Autre exemple d’utilisation d’un plan articulé pour dégager les dents  chez une femme de 48 ans. (A) Avant le traitement. (B) Après l’ouverture de l’occlusion à l’aide de l’appareil amovible. Notez l’usure des incisives supérieures associée à cette malocclusion.

Les plans articulés sont aussi utilisés en dentition mixte, sans port d’appareils correcteurs (broches ou autre) afin de diminuer un surplomb vertical excessif.

Utilisation d'un plan articulé ou Bite Plane en orthodontie pour ouvrir l'occlusion.

(A) Jeune fille de 10 ans présentant un surplomb excessif entre les dents antérieures; les dents inférieures mordent dans le palais. (B) Pose d’un plan articulé. Les flèches indiquent les mouvements dentaires qui se produiront pendant le port de cet appareil. (8) Après 8 mois, toujours avec l’appareil en bouche, on remarque que les dents postérieures se sont rapprochées et se touchent. (D) Cette relation se maintient une fois l’appareil enlevé. La ligne pointillée permet de comparer la position des dents du début à la fin.

➡ Pour voir d’autres exemples.

Pourquoi « ouvrir »  l’occlusion avant de reculer les dents antérieures?

La rétraction ou le recul des dents antérieures ne peut se faire sans modifier le surplomb vertical.

L’utilisation d’un plan articulé tel que décrit précédemment, est une première étape essentielle avant d’envisager reculer des dents antérieures supérieures trop avancées. En effet, il serait impossible de reculer significativement des incisives supérieures qui surplombent trop les dents du bas.

➡ Pour en savoir plus sur la relation entre la dimension verticale et le surplomb horizontal pour le déplacement des dents antérieures et voir d’autres exemples.

Surplomb vertical excessif; effets néfastes

En présence d'un surplomb antérieur vertical excessif (overbite), les dents inférieures peuvent mordre dans la muqueuse du palais et l'endommager en causant du déchaussement et éventuellement une perte osseues.

Femme de 45 ans (gauche) et jeune de 11 ans (droite). Les personnes qui ont cette condition pendant plusieurs années peuvent voir les incisives supérieures s’espacer à mesure qu’il y a perte de gencive et d’os du côté du palais.

Blocs et talons de disclusion (« cales »)

Effets secondaires possibles

La pose de blocs de disclusion peut avoir certains effets sur les dents en plus de les séparer comme :

Cales ou plan articulé?

 

 

Blocs de disclusion sur des incisives supérieures.

(A) Une occlusion avec surplomb antérieur excessif. (B) Immédiatement après la pose de « talons » sur les centrales supérieures, les incisives sont dégagées et les dents postérieures sont séparées, permettant l’utilisation d’élastiques légers pour les déplacer. (C) Talons d’acrylique sur la face linguale des incisives centrales supérieures (flèches). (D) Une vue en plongée montre le contact des incisives inférieures sur les talons.

 

BIte blocs talons de disclusion orthodontiques

Le même cas vu de côté; (B) les dents postérieures ne se touchent plus quand les blocs sont installés. (D) Après quelques mois de port d’élastiques, les dents postérieures se rapprochent progressivement.

 

Ouverture de l'occlusion à l'aide de blocs d'acrylique

(A) Adulte avec un surplomb vertical excessif. Les incisives supérieures sont basculées vers l’arrière et recouvrent complètement les dents inférieures. (B) Lors de la pose des appareils (broches) des « talons » sont aussi collés sur la face interne des centrales supérieures, ce qui permet de dégager les dents postérieures. Les élastiques permettront de rapprocher ces dents avec moins d’interférences entre elles. (C) Après plusieurs mois, les dents postérieures se touchent et les dents antérieures sont dégagées. (D) Talons lors de la pose des appareils (flèches). Une mécanique de distalisation (visible en C – élastiques rouges) est aussi utilisée pendant que les talons sont en bouche afin de reculer les molaires postérieures.

 

L’exemple suivant montre un cas typique de « classe 2 division 2 » présentant un surplomb vertical excessif qui est l’indication idéale pour l’utilisation d’un plan articulé pour faciliter la diminution du surplomb et le déplacement des dents.

Correction d'une malocclusion classe 2 division 2 adulte en orthodontie.

Classe 2 division 2, femme de 47 ans. (A) Les incisives supérieures sont inclinées vers l’arrière et recouvrent complètement celles du bas. On peut apprécier les niveaux verticaux des dents lorsque la bouche est ouverte. (B) Après les corrections, l’inclinaison des incisive est corrigée et les incisives inférieures sont visibles, ce qui facilite aussi la fonction. (C) Une vue de l’arcade du haut montre le changement d’inclinaison des incisives et de la forme de l’arcade. (D) Sourire avant et après le traitement d’orthodontie.

Mécanique de distalisation

Distalisation et blocs de disclusion en orthodontie

Parfois, plusieurs types de mécaniques peuvent ou doivent être utilisées en même temps. (A) Une mécanique de distalisation est utilisée pour reculer des molaires à l’aide de crochets et élastiques (flèches). (B) Des talons sont utilisés pour empêcher les dents postérieures de se toucher et ainsi faciliter le recul des molaires (distalisation). (C) Après plusieurs mois, les dents s’alignent à l’avant et on voit le résultat de la mécanique de distalisation; les deuxièmes molaires sont reculées et il est apparu un espace important entre les molaires (flèches). Il s’agit ensuite de reculer les premières molaires dans cet espace et ainsi de suite (prémolaires, canines).

 

B- Boîtier (bracket), T- Tube de molaire (tube), C- Crochet sur fil pour élastique (hook), CM- Crochet sur tube de molaire, E- Élastique, R- Ressort ouvert (open coil), F- Fil (wire), L- Ligature pour élastique

J– Jig; crochet utilisé sur les côté servant à reculer les dents postérieures à l’aide d’un élastique. Il est normal que cette composante soit mobile. Il peut être utilisé sur les 2 côtés ou un seul à la fois. E– Élastique; accroché sur le tube de la molaire et le jig. CH– Chaine élastique transparente entre les dents antérieures.

 

Mécanique orthodontique de distalisation chez un adulte

Exemple de distalisation ou recul des molaires chez un adulte. (A et B) Importante malocclusion de type Classe 2 division 1 avec dents antérieures avancées. (C) Résultat final après les corrections.   (D) L’espace ouvert entre les molaires est visible sur la radiographie panoramique. Pendant le traitement, la seconde molaire a été reculée dans une première étale et les autres dents suivront par la suite.

  Dernière mise-à-jour : 2017-01-02 à 10:19:35 © Jules E. Lemay, www.ortholemay.com – Tous droits réservés / All rights reserved

 

 

 

Vous aimeriez en apprendre d'avatange sur l'orthodontie?

Suivez-nous sur les réseaux sociaux